M. Delacroix, 6 rue de Furstenberg, 75006, Paris

01-_Cavalier_arabe_traversant_le_gue-e2001

Exposition Delacroix en héritage au Musée Delacroix jusqu’au 17 mars 2014

Une partie de la collection des bienheureux Moreau-Nélaton est en ce moment exposée au Musée Delacroix, place Furstenberg à Paris. Dans l’ordre, le grand père collecte, le fils conserve et enfin le petit-fils en fait don au musée. N’étant adepte ni de Delacroix (on respire) ni du concept de la maison d’artiste-relique, je suis mal placée pour faire un compte rendu objectif de cette exposition, mais me voilà à l’essai.

En plus de nous faire découvrir la maison et l’atelier de l’artiste romantique, l’expo nous laisse pénétrer dans son intimité au travers de croquis de voyage ou de préparatifs à de futurs chefs-d’œuvre jusqu’alors réservés aux yeux d’une élite sociale privilégiée. Il ne faut pas s’attendre à des dessins renversants ou aux somptueuses peintures auxquelles nous ont habitués Louvre, Grand Palais et autres hôtes de grandeur. Sinon, la déception pointe son nez au bout de quelques modestes croquis parmi lesquels on peut tout de même compter plusieurs petits bijoux, dont la tête d’affiche, Cavalier arabe traversant un gué, dessiné en 1840, et Un couple d’amoureux assis, dessiné en 1826. L’avantage majeur de cette exposition est bien sûr la découverte de Delacroix par un autre chemin que La Liberté Guidant le Peuple (1830), qui, par ailleurs, est actuellement le clou du spectacle de l’impressionnante Galerie du Temps au Louvre-Lens (à ne pas manquer). Tout n’est pas renversant, tout n’est pas parfait, tout n’était pas destiné à être un jour vu de tous… on se sent donc légèrement intrusif par moment, mais c’est parfois par l’anecdotique que l’on découvre la vraie histoire. On suit donc le peintre à travers sa passion pour les voyages, l’Afrique du Nord, le théâtre, les félins et les chevaux…

Il est difficile de juger la scénographie qui souffre beaucoup du site, mais au moins on peut dire que les textes sont bien rédigés et agréables à lire. La maison sent le vieux mais le vieux génie donc on s’en accommode, et elle est si bien située qu’une balade dans le quartier est indispensable. En plus c’est gratuit pour les moins de 25 ans, alors je vous demande, pourquoi s’en priver ?

06-_Essai_de_couleurs-9bac4        un_couple_damoureux_assis99520

DELACROIX Eugène, Essai de couleurs                             DELACROIX Eugène, Un couple d’amoureux assis, 1826